L’éruption de l’Apocalypse

mardi 11 mars 2014 10:00
Crédit Flickr: Openg

Crédit Flickr: Openg

Au cœur de la caldeira de Yellowstone, la mort sommeille. Le supervolcan a la force nécessaire pour détruire l’humanité. Si Hollywood y a vu un scénario payant, les experts doutent de la véracité de ces rumeurs.

Par Marie-Audrey Perron

Sur la blogosphère, les sites annonçant une fin du monde prématurée sont légion. Le bogue de l’an 2000, l’apocalypse maya, Yellowstone: ce n’est pas d’hier que datent les promesses d’un avenir désastreux. Même si elle surveille le supervolcan, la communauté scientifique n’est toutefois pas prête à accueillir les chevaliers de l’apocalypse.

Un point commun à tous ces cas, c’est qu’ils sont rarement annoncés par des spécialistes. Les nouvelles se relaient sur le Web, sans sources. Le cratère volcanique de Yellowstone, la caldeira, est capable de mener à l’extinction de l’humanité, selon des blogueurs. «L’histoire est exagérée. Il y a eu d’énormes éruptions à Yellowstone, mais rien ne garantit qu’on en revive une. Les volcans causent d’énormes dégâts, mais on ne parle pas d’apocalypse», croit le chercheur à la Yellowstone Volcano Observatory, Jake Lowenstern.

Une des rumeurs favorites annonce une activité sismique en hausse. «Dès qu’il y a un séisme de plus de  2.5, une alarme résonne», rassure Jake Lowenstern, aussi chercheur à la US Geological Survey. Il ajoute que le volcan est surveillé en tout temps. Pour la volcanologue Hélène Gaonac’h, c’est signe qu’il ne faut pas s’inquiéter. «La zone sera active pendant des mois. Il sera possible d’évacuer longtemps avant l’éruption», affirme-t-elle.

Si les amateurs de fin du monde répandent des histoires de ciel caché par les cendres, la vérité semble diverger. Hélène Gaonac’h mentionne que les conséquences ne seront pas les mêmes partout, en raison des courants aériens. Les dommages immédiats toucheraient la région de Yellowstone. Plus tard, les gaz éjectés suivront les vents dominants en altitude et  réagiront avec des composants de l’atmosphère pour former des aérosols acides qui iront sur Terre, selon la volcanologue.  «C’est ce qui pourrait provoquer un refroidissement du climat», indique-t-elle. Hélène Gaonac’h rappelle que les scientifiques n’ont jamais lié une extinction à l’éruption d’un volcan.

Rumeurs injustifiées

«L’éruption serait tellement violente qu’elle éliminerait sur le coup toute vie dans un rayon de 1000 km», lit-on sur la plupart des sites. «La menace volcanique de Yellowstone est minime, comparée à d’autres volcans. Ceux qui y vivent n’ont pas à être inquiets», rectifie Jake Lowenstern.

Hélène Gaonac’h pense que le plus grand danger reste la proximité. «Les volcans sont plus près que jamais des activités humaines. Ou plutôt les humains sont plus près que jamais des volcans», affirme-t-elle. L’éruption du volcan islandais Eyjafjöll en 2010 lui donne raison. L’Europe a été paralysée, mais les effets ont été temporaires. Même si la lave s’échappait de Yellowstone, la vie finirait par reprendre ses droits sur ce paradis meurtrier.

Leave a reply

required

required

optional