Jour 4: 1000 mètres

dimanche 8 janvier 2012 11:25

Notre cobaye pour la deuxième parution annuelle de l’Esprit Simple, Camille Carpentier, prend de bonnes résolutions : après un temps des Fêtes plein de gras, de sucre et d’alcool, elle entreprend une cure de remise en forme d’une semaine. Suivez son parcours chaque jour de la prochaine semaine.

********

Je pense qu’une des choses les plus difficiles de cette remise en forme c’est de m’interdire de grignoter entre les repas et passé 21h. Je réalise maintenant à quel point je fais ça souvent. Que voulez-vous, c’est réconfortant, la nourriture, ça fait passer le temps. Élément positif, cependant, je remarque qu’après près de quatre jours d’application de ces nouvelles règles, j’ai de moins en moins faim entre les repas. Comme quoi la tête participe beaucoup aux gargouillements de l’estomac.

En plus, hier soir j’ai dû me faire violence quand, dans un party de bureau, on a ouvert deux bouteilles de champagne. Ça fait un peu idiot de refuser une flute de ce délicieux breuvage. Lorsque j’explique ma situation, la femme qui me tend le verre me lance : « Je ne sais pas comment tu fais pour refuser, je pense que j’en serais incapable!». Merci de ton encouragement, ma grande.

Aujourd’hui, mon entraînement se déroule encore en deux temps : course extérieure (pour faire changement) et natation. On commence par la course, selon un itinéraire élaboré par mon entraîneure du jour, Catherine. Plutôt simple, il s’agit de monter et descendre cinq fois la côte Berri. C’est bon, je ne devrais pas me perdre. Le réchauffement est exécuté plutôt rapidement. C’était du gâteau.

Prochaine étape : la piscine, finalement ouverte. Enfin, je me sens dans mon élément. J’ai trois années d’entraînement en natation derrière moi, je suis assez confiante. J’enfile mon maillot, prête à impressionner la galerie. J’ai cependant oublié une chose fondamentale, le fléau de tous les nageurs : après 72 heures sans entraînement, la technique se perd. C’est tristement vrai, et je l’ai constaté aujourd’hui. Ça fait trois semaines que je n’ai pas nagé, c’est dire à quel point ma technique était faible.

L’entraînement consiste en trois blocs de 300 mètres à augmentation d’intensité graduelle suivis d’un 100 mètres sprint. Le premier bloc est souffrant. J’ai l’impression de ne pas avancer, mes bras sont faits de ciment et pataugent dans le beurre, je n’arrive pas à trouver mon appui dans l’eau  comme je le devrais. Je termine mes douze longueurs avec difficulté en 4 minutes 56 secondes. Ça va, mais ce n’est pas un score merveilleux. Je me rassure parce que les 300 prochains mètres devraient déjà être plus faciles.

Je m’élance pour une deuxième fois. Dès la première longueur, je me sens plus en contrôle. Je me propulse avec beaucoup plus d’efficacité. Je vais définitivement battre mon temps précédent. Je touche le mur : 5 minutes. Quoi!? J’ai été plus lente? Je n’en reviens pas. Quelle médiocre forme physique. C’est bon, je me concentre à battre mon temps avec un troisième essai.

Je plonge, je focusse. Extension, rythme, rapidité. Allez mes bras, on est capables. Notre honneur est en jeu. À chaque longueur, je tente une accélération. Ça y est, je me sens bien, je nage comme un poisson, c’est dans la poche. Je touche le mur, persuadée d’avoir fait un temps record. J’ai fais 5 minutes 2 secondes. Mon corps, je te déteste. Au moins, mon 100 m sprint s’est fait en 1 minute 26 secondes. Ça me convient, au moins ça finit bien l’entraînement.

Les enfants, la morale de cette triste histoire est la suivante : ne prenez jamais la forme physique pour acquise. Elle est exigeante, capricieuse, très high maintenance. Bref, elle fait chier. On ne peut jamais compter sur elle. Si on décide d’investir en elle, il faut être conscient que l’on s’embarque dans un contrat à long terme. Il ne faut jamais l’oublier, autrement elle disparaît du jour au lendemain sans laisser de trace.

Toutefois, comme tout ce qui nécessite beaucoup d’attention dans ce bas monde, une bonne forme physique est un investissement qui en vaut la peine. La sensation de bien-être qui s’ensuit est incomparable et ses bénéfices sont énormes. Bref, entraînez-vous. Merci de votre attention.

Demain, dernier jour d’entraînement après-fêtes, on fait le bilan de ma nouvelle condition physique et on relève de derniers défis.

1 Comment

  • Sab D

    Je te souhaite la meilleure des chances et une température pas trop merdique pour ta dernière journée de cobaye Camille. J’adore te lire, tu es à 100% dans ce que tu écris, on croirait t’entendre ! Tu as atteint l’équilibre zen parfait entre motivation/positivisme et ironie, c’est merveilleux ! 🙂

Leave a reply

required

required

optional