De l’information contrôlée, des conversations épiées sur le web

vendredi 14 novembre 2014 7:00

C’est la transaction récente de Facebook qui a acheté l’application Whatsapp pour 19 milliards de dollars qui m’a fait réfléchir sur cette concentration des entreprises liées au web. Pourtant, s’il y a encore une plateforme médiatique qui conserve sa réputation d’offrir un espace de totale liberté d’expression c’est bien le web. Toutefois, est-ce réellement le cas?

Par Noémie Laurendeau

En 2012 déjà, l’application Instagram se vendait à 715 millions de dollars au réseau social fondé par Mark Zuckerberg. Microsoft, quant à lui, a acquis Skype pour 8,5 milliards de dollars et Nokia pour 7,2 milliards de dollars. Le système capitaliste qui favorise les grands joueurs n’échappe donc manifestement pas aux entreprises présentes sur le web et les téléphones intelligents. Même si concentration ne rime pas nécessairement avec convergence, il y a tout de même lieu d’avoir des inquiétudes.
Quotidiennement, nous utilisons ces outils pour des raisons personnelles ou professionnelles. Ces sites ou applications nous permettent de communiquer aisément, mais de plus en plus sans la protection de notre vie privée. Par exemple, l’émission La Facture à Radio-Canada a démontré que plusieurs applications peuvent espionner impunément les utilisateurs. Ils peuvent même écouter facilement des conversations téléphoniques. L’espionnage informatique est un phénomène de plus en plus connu tel que la vente d’informations personnelles à des entreprises pour effectuer de la publicité ciblée.
Pourtant, l’internaute moyen ne s’en soucie guère; plusieurs internautes affirment que les entreprises peuvent bien connaître leur profil de consommateur, en fin de compte c’est eux qui succombent aux publicités ou non. Je crois plutôt qu’on devrait rester à l’affût de cette concentration grandissante et des abus possibles de certaines applications. Et ce, avant de perdre l’espace libre d’expression sur le web que nous chérissons.
Bref, plusieurs éléments limitent déjà la réelle liberté d’internet alors que d’autres effets de la concentration des entreprises semblent pointés à l’horizon. À lire ici dans la section web de l’Esprit Simple.

Leave a reply

required

required

optional