Le web sous l’épée de Damoclès

vendredi 14 novembre 2014 1:49

Le risque de voir la neutralité du web affectée fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps autour du globe. Lieu de créativité, d’anarchie et diversité, le Web que l’on connaît pourrait bien être changé à tout jamais. Cette dichotomie pourrait être un véritable danger.
 
Par Louis Pelchat-Labelle

Le concept de neutralité du web peut être illustré par une route où les données internet circulent toutes à la même vitesse sans discrimination. L’information est acheminée par d’énormes voies de données qui se déversent dans de plus petites voies pour être transmise à chaque consommateur d’internet. Comme l’internet devient de plus en plus vaste de manière exponentielle, les compagnies de distribution d’internet doivent agrandir ces routes pour permettre le flux constant de données. C’est les compagnies de télécommunication américaines, comme Comcast Corps., Verizon et Mediacom, qui changent le jeu et qui ne veulent plus élargir ces routes. Elles veulent offrir aux sites web de payer pour celles-ci en échange d’un accès plus rapide. «L’enjeu est de privilégier certains paquets plutôt que d’autres et de moduler la vitesse de la circulation des données sur internet», explique le spécialiste du droit informatique, François Blanchard.

Crédit :

Crédit : Pascal Charest.

Les compagnies expliquent le projet en offrant une « ligne hyper rapide » pour les fournisseurs riches et une ligne « rapide » pour ceux qui ont moins de moyens. Cependant, l’opinion publique américaine ne semble certainement pas se contenter de cette explication puisque les pétitions et manifestations citoyennes se multiplient aux quatre coins des États-Unis. «L’enjeu est très réel, c’est la volonté de quelques grands acteurs économiques, en situation d’oligopole, de tirer le maximum de revenus d’une infrastructure commune en essayant de privilégier certains types de contenus payants, au détriment des autres», affirme François Blanchard. « Pour les citoyens qui veulent une réglementation qui préserve la neutralité, précise-t-il, moduler la toile sur internet revient à exercer une censure sur les contenus.»

Si la Cour suprême américaine décide de laisser les grandes compagnies de télécommunication gérer les flux arbitrairement, le traitement de données est ouvert à une multitude de changements et de modifications.

L’enjeu est présentement surtout présent au Canada, mais risque d’être un enjeu important pour plusieurs pays. «C’est un débat qui va avoir lieu ici parce que les enjeux économiques sont considérables», souligne le professeur à l’Université de Montréal et spécialiste en droit de la sécurité des affaires électroniques, Vincent Gautrais.

Il faudra rester sur le bout de notre chaise puisque le président des États-Unis, Barack Obama, qui  a bien fait comprendre dernièrement vouloir un Web libre, se retrouve face à une majorité républicaine à la Chambre des représentants. Il fait donc aujourd’hui appelle à la population américaine en lançant une pétition pour souligner son insatisfaction à la Federal Communications Commission (FCC).

Leave a reply

required

required

optional