Le réconfort

lundi 19 janvier 2015 8:30

Crédit : Andrea Valeria

Par Daphnée Malboeuf

Le mois dernier, je me suis rendue au Colisée de Laval, un aréna quelque peu crasse du bas fond de Laval. Je m’y suis rendue pour couvrir le match de hockey le plus traumatisant auquel j’aurai assisté de toute ma sainte vie. Celui de la Ligue nordaméricaine de hockey. Je n’étais pas du tout prête pour ça. On aurait dû me prévenir. Me prévenir que j’assisterais à une partie de hockey, où tous partisans de Laval sont réunis pour acclamer des bagarres, plus violentes les unes que les autres. Pour vous donner une idée, en seulement 5 minutes, il y a eu trois bagarres. TROIS.

En me rendant aux toilettes, complètement outrée, j’ai aperçu dans les estrades des enfants. Oui, des enfants. Des parents avaient décidé d’amener leurs enfants pour voir une partie de hockey, où les joueurs ne cherchent pas à être les premiers sur la rondelle, mais bien où les joueurs réclament plus d’applaudissements à la foule après avoir remporté un combat sanglant.

Pour moi, ce n’est pas ça le sport. Le sport a pour moi quelque chose de réconfortant, et non quelque chose d’effrayant. Durant les fêtes, je vais regarder, comme toutes les années avec ma famille, le Championnat mondial junior de hockey. Je regarderai les jeunes talents se battre, mais pas au sens propre du terme. Je vais les regarder se battre pour gagner cette fameuse première place. Pour moi, le sport, c’est ça. C’est de voir les athlètes se dépasser pour atteindre leur but ultime. De défouler leurs émotions à travers chaque coup de patin, chaque coup de raquette, chaque lancer et non dans de violentes bagarres inutiles.

Leave a reply

required

required

optional