Le sujet des bas-fonds

jeudi 22 janvier 2015 8:30

Crédit : Andrea Valeria

 

Par Marianne Julien

Avec la venue du temps des fêtes et les sorties de jeux vidéo, on ne parle de ce hobby qu’en termes de promotion et de vente. Déjà qu’on n’en parlait pas beaucoup, c’est un sujet qu’on ne sait plus où mettre. Est-il plus un thème pour la section techno ou pour les bas-fonds de la section culture?

Le jeu vidéo, c’est plus qu’une critique occasionnelle lors de la sortie d’un grand jeu. C’est plus que ça, c’est un sujet à part entière qui mériterait sa section, tout comme le cinéma ou l’art. Il y en a tellement à dire, comme sur la conception, sur l’aspect financier, la technologie, le développement artistique, la hiérarchisation dans les boîtes de production, etc. En voulez-vous des sujets, en voilà.

C’est une matière, une collectivité et une industrie en branle depuis les années 1970, qui a eu de nombreux succès et victoires, mais aussi des échecs et des lubies. Pourquoi est-ce encore aujourd’hui dans les faits divers? C’est sûr qu’en l’abordant de la façon dont on le fait aujourd’hui, c’est-à- dire de façon désinvolte et désintéressée, que personne n’a envie d’en savoir plus, de fournir une meilleure information et qu’on le relègue comme simple passe-temps masculin et juvénile.

Dans une ville comme Montréal où Ubisoft règne, je trouve encore étonnant qu’on refoule les jeux vidéo à la fin de la section culture une fois par mois ou dans le temps des fêtes. Bien sûr qu’il y a des magazines et des blogs spécialisés sur le sujet, mais ce sont justement les gamers aguerris et ceux qui connaissent déjà le sujet qui les lisent. Ce qu’il faut, c’est de rendre l’information plus accessible et positivement vulgarisée pour rejoindre une majorité de la société, pour donner au jeu vidéo le titre qu’il mérite et son piédestal.

Sans dire qu’il s’agit du meilleur sujet de l’univers, je déplore l’absence de sérieux et d’innovation dans les médias québécois en ce qui concerne l’actualité et l’information vidéoludique. Pour commencer, allez donc visiter jeuxactu.com, c’est déjà un début.

Leave a reply

required

required

optional