La touche féminine d’Orange mécanique

vendredi 18 mars 2016 8:08

par Samuel Lamoureux

Si l’histoire est écrite par les hommes, il est encore plus surprenant de constater que l’histoire des contrecultures l’est aussi. Ces espaces de contestations et de créations que sont l’émergence du Punk, du Hip-Hop ou de la musique électronique à des époques bien différentes sont incarnés principalement par des figures masculines. Les Sex Pistols pour le punk, N.W.A pour le rap et Kraftwerk pour l’électro sont tous des groupes d’hommes.

Pourtant l’émergence des contrecultures est intrinsèquement liée à l’apport des femmes. L’histoire officielle ne les a pas retenues encore une fois, même dans ses moments les plus progressistes.

Ce paradoxe est encore plus saisissant du côté de la musique électronique. Plusieurs mélomanes considèrent la bande originale du film Orange mécanique (1971) comme un chef-d’œuvre. Switched-On Bach est en effet un des premiers albums de l’histoire à être enregistré totalement sur synthétiseur. Il suffit d’entendre quelques notes de cet album pour se plonger dans l’univers machiste du film et de revoir ses scènes d’extrême violence.

Comble de l’ironie, ces notes ont été composées par une femme: Wendy Carlos. Mais qui s’en souviendra? Pionnière du développement de la musique électronique – elle aurait aidé Robert Moog à créer les synthétiseurs légendaires portant son nom – l’artiste est reléguée aux oubliettes au profit de figure masculine incarnant son œuvre. Ainsi va l’histoire, même celle de la contreculture; Giorgio Moroder éclipsant Donna Summer, Joy Division enterrant Gillian Gilbert. La liste est longue.

Leave a reply

required

required

optional