Pauvre, mais sportive

vendredi 1 avril 2016 12:07

par Charles Laverdière

La Classique hivernale, cet événement sportif annuel où l’on joue au hockey à l’extérieur chaque 1er janvier, a non seulement opposé les Bruins de Boston au Canadien de Montréal, mais aussi les Canadiennes de Montréal au Pride de Boston. Le premier match extérieur entre deux équipes féminines. Il n’y avait que très peu de gens présents pour cette première, ce qui nous prouve qu’il y a encore un énorme fossé entre les conditions des sportifs masculins et féminins.

Par exemple au hockey, dans la National Women’s Hockey League (NWHL) les joueuses ont commencé à recevoir un salaire cette année. Toutefois, elles obtiennent un salaire tellement ridicule qu’elles doivent avoir un emploi à temps partiel pour arrondir les fins de mois. En moyenne, le salaire se situe entre 10 000 et 20 000 dollars par année, donc sous le seuil de faible revenu. Je ne suis pas un proféministe, loin de moi cette idée. Mais il me semble que si un joueur de hockey gagne des millions, une joueuse de hockey devrait au minimum être capable de vivre entièrement de son salaire de sportive.

Leave a reply

required

required

optional