Cartes sur table

dimanche 8 mai 2016 5:09

Ricardo Rosado

Par Véronique Senécal  

17h25. Sur le chemin du retour, mon ami semble heureux et soulagé. «Pis, comment te sens-tu?»

—-

15h20. Fatigue et paresse restent au rendez-vous en ce vendredi après-midi.

«Vite Véro, nous allons être en retard.»

Le classique. Une phrase répétée à maintes reprises dans ma tête à tous les moments de mon existence. Le classique d’être une personne qui est régulièrement paresseuse et, surtout, qui n’est aucunement ponctuelle. Cette fois-ci, l’évidence même est signalée par mon ami. Ma désinvolture naturelle est tout de même justifiée dans ce cas précis: aller me faire tirer aux cartes par une inconnue qui va me dire des semi-vérités sur ma vie basées sur la couleur de mon chandail. Rien d’enchantant.

15h50, métro Longueuil. Une quinzaine de minutes à pied séparent mon compagnon et moi de la résidence de la tarologue. Quarante dollars pour une courte séance de trente minutes. Cher payé tout de même.

Sur la route, les interrogations pleuvent. Un heureux mélange de méfiance et de curiosité nait en nous dans le froid glacial de ce mois de février.

16h05. Arrivés au seuil de sa petite maison, la silhouette d’une petite dame nous apparait dans le salon. Rapide et courte présentation de politesse. Elle nous met à l’instant à l’aise avec ses petites anecdotes de tout genre.

À peine quelques minutes plus tard, nous voilà assis dans une petite pièce aux murs rouges et aux lumières tamisées.

Guillaume Lepage

Mon ami me laisse débuter. Quel gentleman! Quel peureux surtout.

16h10. Elle commence par me demander ma date de naissance.?: 30 mars 1993.

Rapide griffonnage sur un morceau de papier.

«Tu dois être une fille dans les communications toi? Fonceuse, n’aimant pas se faire diriger et qui adore être en contact avec les gens», me dit-elle.

Facile celle-là. Les personnes de mon entourage ayant le même signe astrologique que moi sont toutes pareilles. Honte à moi?: oui je m’y connais légèrement en astrologie.

Aucunement impressionnée, je mélange les cartes, faces cachées, qu’elle m’avait tendues plus tôt. Elle a besoin de douze cartes. Douze cartes avec leur signification singulière. Douze cartes avec leurs petites parcelles de vérités.

16h15. Stressée. C’est le mot pour décrire le sentiment que j’éprouve à ce moment précis de la rencontre lorsque je lui donne les fameuses cartes. Non, je ne crois pas vraiment à ce genre de science, mais bon… me faire dire qu’il ne me reste qu’une semaine à vivre gâcherait ma bière du vendredi soir. Eh oui, un rien m’atteint.

«Oh, retiens l’année 2026, me dit-elle.  Il y aura un tournant positif dans ta vie.»

Bon. Le classique de la bonne nouvelle qui aura lieu dans dix ans. Je deviens soudainement beaucoup plus détendue. Elle ne me dira rien de très précis. Simplement des faits passés ou futurs ultras nébuleux que je devrais moi-même déchiffrer. J’en ris presque.

D’autres cartes sont tournées, encore mélangées et retournées à maintes reprises. Rien de très explicite.

16h25. Elle place les cartes faces cachées en forme de croix. Elle les retourne. La carte qui compose la base de la croix est celle de la mort.

Voilà. J’ai eu ma réponse. Ma bière si désirée du vendredi soir sera, sans doute, la dernière. Mon regard trahit ma détresse. La dame le voit et sourit.

«Ne t’en fais pas, la signification de la carte de la mort dépend toujours de sa position dans la croix, explique-t-elle. Vois-tu, son emplacement actuel signifie que tu es passée à travers une dure épreuve dernièrement. Une épreuve difficile émotionnellement qui t’a fait perdre tes repères. Son positionnement prouve que tu passes tranquillement par-dessus. Fais-le, arrête de rester dans le passé et regarde vers l’avant.»

Un rapide coup d’œil vers mon ami bouche bée me confirme qu’elle avait vu juste et qu’il approuvait aussi. Un point pour cette dame.

Certaines déclarations suffisent à nous faire croire que nous ne sommes pas les maitres de notre vie, que rien n’arrive pour rien et, que quelque part, quelqu’un contrôle tout. La tarologie n’est toutefois pas une science exacte. Personne ne nous connait mieux que nous-mêmes. Pas même cette dame avec ses cartes magiques.

«N’oublie jamais que c’est ta vie et c’est toi qui la diriges et non ces cartes.» Une phrase pleine de vérité dite subitement lors de la séance de mon ami. Une vérité pure qui m’avait échappé l’instant d’une heure. Au final, chaque individu est le protagoniste de son existence. Personne d’autre et encore moins une carte tournée. Nous bâtissons notre futur avec nos décisions, bonnes ou mauvaises, nos réussites et surtout nos erreurs du passé.

17h15. La séance de mon ami froussard se termine. À son grand soulagement, il ne mourra pas non plus dans la prochaine semaine. La bière sera bonne ce soir.

Paiements et candide au revoir sont au rendez-vous.

17h25.  Sur le chemin du retour, mon ami semble heureux et soulagé. «Pis, comment te sens-tu?»

Je souris. Bonne question. Tarologie ou non, pour la première fois depuis plusieurs mois, l’avenir ne m’effraie plus. C’est déjà ça.

«Une chose est sûre, j’ai hâte à ma bière.»

Leave a reply

required

required

optional