Le juste salaire minimum

vendredi 1 juillet 2016 1:35

Par Nicolas Boni-Rowe 

Un plaidoyer afin que les salariés ne jouissant pas de pourboires puissent engendrer un minimum de 15 dollars par heure travaillée est actuellement en branle au Québec. Déjà, des États américains et des grandes villes du pays de l’Oncle Sam, tel que la Californie et la ville de Seattle, ont légiféré en faveur d’une hausse du plancher salariale.

Si cette augmentation entrera en vigueur dans les sept prochaines années selon les juridictions, au Québec le débat est relativement nouveau. En y pensant bien, il ne fait aucun doute que cette mesure égalitaire devrait être appliquée également ici.

Évidemment, dans ce contexte, l’argument que le Québec n’a pas les moyens de ses ambitions refait toujours surface. Bizarrement, à chaque fois, on omet de préciser qu’il ne s’agit pas d’une dépense supplémentaire pour la société, mais bien d’une réorganisation de la richesse.

Les révélations sur les agissements des entreprises les plus riches et des personnes les plus fortunés dans l’affaire des Panama Papers viennent rajouter la goutte qui fait déborder le vase. Il est inconcevable que des sociétés qui choisissent de ne pas payer leur juste part et qui préfèrent déposer leurs revenus dans des paradis fiscaux interviennent ensuite pour dire qu’ils n’ont pas les moyens de payer un salaire décent à leurs employés.

Si ce nouveau plancher serait parfois plus difficile à réaliser pour les petites et moyennes entreprises, les multinationales qui engendrent plusieurs milliards n’ont aucune raison de ne pas vouloir coopérer. Rassurez-vous, si cette hausse est appliquée à tout le monde, aucune compagnie ne tentera de quitter le pays, et le pouvoir d’achat des citoyens ne s’en portera que grandement mieux.

Le salaire minimum à 15 dollars représente aussi une alternative intéressante pour l’ensemble du pays qui a vu le coût d’un panier de biens et services moyen augmenté de 17,65% entre 2006 et 2016, selon la Banque du Canada. Durant cette période, dans la province québécoise, le salaire minimum général n’a augmenté que de 2,80$ par heure de travail.

Le progrès, c’est aussi de réaliser qu’il y a présentement un problème dans l’attribution des richesses, alors que les employés, qui souvent ont des journées très occupées, ne ramassent que le restant des miettes de pain disponibles.

Leave a reply

required

required

optional