Les sept minutes capitales

mercredi 16 novembre 2016 3:58

Pour beaucoup, le triangle infernal des obligations famille – travail – études rend utopique le projet de s’adonner à un exercice physique régulier, c’est pourquoi les méthodes d’entrainement «complet» en seulement 7 minutes connaissent, depuis peu, un tel succès.

 Par Antoine Dussault

Moi-même aux prises avec le tourbillon du quotidien, j’étais alléché par l’opportunité de transformer «à temps perdu» mon corps frêle aux poignets délicats en modèle de statue hellénique.

Pour ce faire, pas besoin d’aller au gym, ni d’ennuyer mes colocataires avec des appareils hors de prix occupant la moitié du salon. Une courte recherche sur mon téléphone m’a permis de dénicher une application de mise en forme gratuite offrant des exercices pouvant être réalisés sans matériel particulier et n’importe où, à condition de disposer d’une chaise et d’un mur.

Pendant 10 jours, je me suis exercé à raison de trois séquences de sept minutes par jour, en minimisant le temps de repos entre chaque répétition, pour des séances d’une durée totale de 25 minutes.

C’est le format suggéré par les chercheurs Brett Klika et Chris Jordan, qui sont à l’origine de l’article évalué par les pairs publié en 2013 dans le Health & Fitness Journal du American College of Sports Medicine vantant les bénéfices du circuit entrainement de haute intensité(HICT). C’est leur recherche, relayée par le New York Times, qui a lancé la mode des entraînements rapides « extrêmes » pour professionnels pressés.

Normalement, les exercices de résistance musculaire et d’aérobie sont exécutés séparément. Avec le HICT, on combine cardio et résistance musculaire à travers des séquences d’exercices à intensité élevée pendant de courtes périodes de 30 secondes entrecoupées de «pauses» de 10 secondes. Les 12 exercices proposés sont agencés dans un ordre précis pour permettre de travailler en alternance tous les groupes musculaires majeurs du corps, pendant que les parties au repos récupèrent.

Je dois vous avouer que, si j’ai trouvé la première séance plus facile que ce à quoi je m’attendais, la troisième m’a semblé interminable. Après avoir fini, j’étais une épave gluante qui rampait lentement vers la douche en gémissant de douleur.

Puis, après m’être adéquatement lavé et protéiné, j’étais fier de moi. En dehors du fait que je n’étais pas capable de lever mes bras en l’air, détail mineur, je me sentais vif comme l’écureuil et serein comme le Bouddha.

Au sein de la communauté scientifique, les avis sont partagés quant à l’efficacité de cette méthode vis-à- vis d’un entrainement plus traditionnel. Les chercheurs Williamson et Lee ont démontré dans une étude qu’un intervalle de 5 minutes entre les exercices stimule mieux le développement musculaire que de très courts intervalles comme ceux du HICT. En ce qui a trait à la santé cardiovasculaire et la perte de poids, le physiologiste Jonathan Little estime pour sa part que 7 minutes d’entrainement rapide sont aussi efficaces que 7 minutes de vélo de montagne intense.

Mon expérience personnelle vient corroborer ces recherches. C’est difficile de juger après seulement 10 jours, mais il n’y a pas de différence observable au niveau de mon tonus musculaire. Par contre, les exercices me semblent moins douloureux maintenant, ce qui pointe peut-être vers le développement de ma résistance. Cela dit, c’est surtout sur le plan de mon endurance que j’ai vu une amélioration. De même, j’ai l’impression d’être un cran plus alerte et d’avoir plus de contrôle sur ma concentration.

Bien sûr, tous les effets positifs ne sont pas le fruit du seul effort physique. Tous les nutritionnistes vous le diront : l’entraînement physique quotidien doit aller de pair avec une alimentation saine et variée. C’est pourquoi, durant la période d’entrainement, j’ai pris soin de manger de façon à couvrir adéquatement toutes les catégories d’aliments selon le Guide alimentaire canadien.

Dans tous les cas, un peu d’exercice, c’est toujours mieux que rien. Parfois, c’est ce peu qui permettra de se sentir mieux dans sa peau. À chacun ensuite de choisir la méthode qui lui conviendra le mieux. Celui qui ambitionne de devenir le prochain Arnold Schwarzenegger ferait mieux de se tourner vers un coach privé que de se fier corps et âme à une application en ligne. Pour quelqu’un comme moi, qui place «ménager son temps» au même degré de difficulté qu’«attraper une truite à mains nues», voilà définitivement un compromis très prometteur.

Leave a reply

required

required

optional