Un garde-manger d’aliments artificiels

mercredi 16 novembre 2016 4:31

Remplacer des mets naturels par des substituts alimentaires créés pour combler les carences nutritionnelles : la nouvelle mode d’une société pour laquelle le temps est une denrée rare.

Par Camille Foisy

«Aujourd’hui, c’est facile de ne pas prioriser l’alimentation», juge Simon Desmarais, régulièrement en voyage d’affaires pour sa compagnie, Fromagex. «Bien dormir et s’alimenter adéquatement sont des besoins qui paraissent essentiels, mais ce sont les premières choses que l’on sacrifie, au profit du travail», précise-t-il. Sa solution? Manger des barres énergétiques, entre un avion et un client, pour soutenir son estomac jusqu’au prochain repas.

Cette pratique est loin d’être encouragée par la nutritionniste Raphaèle Ferland-Verry qui soutient que ces barres, conçues pour des gens qui dépensent beaucoup d’énergie, sont trop riches en glucides pour constituer une collation équilibrée. Ceux qui les consomment autrement que dans un contexte d’entrainement risquent de gagner du poids.

Un autre risque est aussi à considérer, l’accomplissement d’autres tâches durant les repas. «Les gens qui font autre chose en mangeant vont souvent manger plus, puisqu’ils ne sont pas en contact avec leur estomac. Ils ne se rendront pas compte qu’ils n’ont plus faim», explique la nutritionniste.

M. Desmarais ajoute que les barres énergétiques offrent un côté pratique à ne pas négliger. Dures comme du béton, elles peuvent facilement se trimbaler dans un sac contrairement à la banane, par exemple, qui procure un apport énergétique semblable, mais risque de finir la journée écrasée.

Rien ne vaut un aliment naturel

En préférant des substituts aux aliments naturels, certains nutriments sont omis et des carences se créent. «Par exemple, un manque de fibres va affecter les bactéries de notre flore intestinale, qui participent au bon fonctionnement du système immunitaire. L’être humain devient alors plus susceptible de contracter des maladies telles que des rhumes et des grippes», explique Raphaèle Ferland-Verry.

Quant à la poudre protéinée, un autre type de supplément alimentaire, la nutritionniste explique qu’elle est utile dans le cadre d’un entrainement considérable. Elle aide à gagner de la masse musculaire et à combler les besoins accrus en protéines.

Annabelle Pelletier, qui s’entraîne quotidiennement, complète son alimentation grâce à des suppléments. «J’ajoute une ou deux cuillerées de poudre protéinée à mon déjeuner pour combler mes besoins alimentaires», explique-telle. Cet ajout à sa consommation de nourriture naturelle lui permet de maintenir une cadence d’entrainement qui la satisfait sans perdre le plaisir de manger des aliments frais.

La nutritionniste Raphaèle Ferland-Very soutient qu’il est tout de même important de consulter un spécialiste de l’alimentation avant de consommer ces produits puisqu’ils ne conviennent pas à tous types d’entrainements. Les aliments naturels demeurent la meilleure solution pour maintenir une alimentation saine et équilibrée.

Leave a reply

required

required

optional