Fusionner pour dominer

mercredi 26 avril 2017 8:52

Par Gabriel Guénette

Toute personne ayant pratiqué un sport plus jeune connaît l’horrible sentiment de «?manger une dégelée?» face à un adversaire. Parfois, une équipe n’est tout simplement pas assez bonne pour rivaliser, mais il arrive aussi que leurs adversaires  soient d’une force démesurée pour la ligue.

Dans les petites villes, et au hockey spécifiquement, il est chose courante de voir plusieurs niveaux fusionner ensemble lorsqu’il n’y a pas assez de joueurs pour former deux équipes de calibres différents. Cette situation peut créer un nivellement par le haut ou par le bas de la puissance d’une équipe sur la glace.

Afin de compenser la petitesse de leur bassin de joueurs, les villes vont très souvent faire une seule équipe pour la catégorie d’âge et jouer dans le niveau le plus bas, rendant ce processus plus négatif que positif. En effet, de vrais massacres arrivent, trop souvent, sur la glace.

Pas question de s’inquiéter, personne n’est réellement blessé. C’est plutôt le tableau de pointage qui en prend un coup, chose désolante dans le sport amateur. Malheureusement,  aucune règle n’encadre le processus de sous-classement des équipes, laissant libre choix aux villes de fonctionner de cette façon, si besoin il y a. Conséquence?: l’estime des jeunes de l’équipe adverse et leur plaisir de jouer s’envolent rapidement.

Le point faible majeur de ce règlement reste le classement des joueurs. J’ai remarqué, par expérience, que souvent de talentueux joueurs font partie d’équipes comme celles-ci,  alors qu’ils seraient assez forts pour évoluer dans une catégorie dite élite. Toutefois, les capacités de ces derniers s’amoindrissent, puisqu’ils veulent aider leur ville à atteindre le nombre de joueurs demandé pour former au moins une équipe, ou simplement, car ils ne veulent pas aller jouer dans un club élite,  situé beaucoup trop loin de leur ville. Car oui, des clubs élites, il y en a très peu et il coûte très cher d’y évoluer. Encore une fois, aucun règlement n’existe vraiment au Québec pour pousser un athlète à se développer dans une ligue de son calibre.

Cette situation est très délicate, puisqu’elle ne peut en aucun cas plaire à tout le monde, mais, chose sûre, elle ne peut pas rester comme elle est. Fusionner plusieurs villes et faire varier les niveaux serait un très grand pas vers un équilibre des forces dans les ligues, permettant du même coup aux jeunes talentueux de mieux se développer sans aller jouer à des kilomètres de chez eux.

Leave a reply

required

required

optional