La grande désillusion

samedi 18 novembre 2017 1:53

En 2017, serait-il plus difficile de séduire le public en tant que magicien?

Par Marie-P St-Yves


Les nouvelles technologies changent la façon dont les gens perçoivent la magie, mais la discipline continue de fasciner les petits comme les grands.

«Au Québec, la magie est basée principalement sur l’humour et la comédie, mentionne Loran, un magicien oeuvrant dans la province depuis maintenant vingt ans. Si vous dites à quelqu’un que vous êtes magicien, il pense systématiquement que vous ne faites que des fêtes d’enfants à domicile», ajoute-t-il. Ce dernier croit avoir réussi à se démarquer des autres magiciens en ne se basant justement pas sur l’humour. Effectivement, il préfère entraîner les spectateurs dans son univers en racontant des histoires de manière très théâtrale. «De nos jours, on veut que les gens laissent aller leur imagination et qu’ils se laissent impressionner sans avoir comme seule pensée de résoudre le puzzle», explique Loran. Sinon, ce serait équivalent à aller au cinéma en se rappelant constamment que tout ça n’est pas réel, que ce ne sont que des acteurs et du trucage.  

«On a des bons magiciens au Québec. Alain Choquette, par exemple, qui utilise l’humour, mais qui a surtout une belle prestance», affirme Loran. D’un point de vue technique, il n’est pas un expert et il fait les choses simplement, mais ça fonctionne». Selon le magicien, les spectateurs se fient énormément à la visibilité d’un professionnel pour évaluer son talent. D’après lui, il ont tort, car y a des grands magiciens qui ont ouvert leur propre théâtre et qui sont reconnus dans le monde entier, sans pour autant être passé à la télévision.

L’apparition des écrans et des nouveaux médias rendent plutôt service aux magiciens. Les spectacles de magie peuvent maintenant être retransmis à la télévision, les rendant ainsi accessibles à un public beaucoup plus large. Scarlet Jordy, une enseignante de magie à l’école Crescent Moon School à Montréal, explique que la manière d’apprendre l’art de la magie a beaucoup changé. Selon elle, tout est accessible aujourd’hui, car on peut facilement apprendre par soi-même grâce à des livres ou des sites internets.

«Maintenant, les gens ont de la difficulté à distinguer un spectacle de magie d’une émission de télévision bourrée de montage», affirme le magicien. Il pense toutefois que cela permet aux gens de comprendre que s’ils veulent apprécier un vrai magicien, la meilleure façon «est de le voir en personne». Le danger, c’est que les nouvelles technologies discrédite la magie. Le public réalise de plus en plus qu’il est facile de truquer et de manipuler une image à travers un écran.

Même si certains ne croient pas en la magie, plusieurs curieux ont encore envie de découvrir les trucs. Ils veulent voir s’ils sont assez malins et brillants pour décortiquer la technique des professionnels. La pratique de la magie se modernise constamment dans l’objectif de renouveler son public. «Tout le monde a besoin de voir des choses impressionnantes, du mystère, de la beauté et de la créativité», mentionne Scarlet Jordy.

 

Leave a reply

required

required

optional