Se rapprocher de l’élite

samedi 18 novembre 2017 2:21

La cote de la MLS (Major League of Soccer) est en hausse chez les amateurs de sport nord-américains. Si on peut dire que le soccer n’a jamais été aussi populaire aux États-Unis et au Canada, on est encore bien loin des grandes ligues européennes au niveau de la qualité du jeu.

Par Marc-Antoine Malo

Selon plusieurs experts, l’amélioration de la MLS passe par le système de relégation, utilisé dans la plupart des grands championnats. La relégation entraîne la descente vers la deuxième division, des trois pires équipes au terme de la saison. Par le fait-même, les trois meneurs de cette deuxième division viennent prendre la place des relégués, en première division.

Cette rotation dynamise le championnat et surtout, donne un réel enjeu aux équipes habituées aux fins de classement. Or, la situation en MLS est particulière. Le championnat de 22 clubs est divisé en deux conférences, celle de l’Est et celle de l’Ouest, à l’image de la LNH. Il faudrait alors réunir tout ce beau monde pour n’avoir qu’une seule liste d’équipes.   

Les grands championnats d’Europe comptent plutôt 20 ou même 18 clubs dans leur première division. Si le championnat nord-américain continue d’ajouter des équipes d’expansion, pourquoi ne pas plutôt créer une deuxième division officielle à la MLS, une ligue plus dynamique, plus talentueuse et qui générerait plus d’entrain que la NASL ou la USL, les autres ligues en importance aux États-Unis et au Canada.

Les différences de la MLS mentionnées ci-haut font en sorte qu’elle se démarque des autres ligues sans toutefois pouvoir aspirer à une plus grande reconnaissance internationale en raison de son manque de compétitivité.

 

Leave a reply

required

required

optional