L’amitié au temps du numérique

mercredi 16 mai 2018 8:17

Par Wiam Dahbi


Internet simplifie non seulement la préservation des liens sociaux déjà existants, mais ouvre aussi la porte à la formation de nouvelles relations exclusivement sur le web en aidant les gens à créer des rapports.

«?J’ai de la difficulté à créer des liens dans la vie de tous les jours avec les gens autour de moi. Avant que je déménage c’était plus facile, car j’étais en milieu scolaire, mais maintenant que je suis sur le marché du travail, c’est différent?», raconte Amélie Tremblay, une jeune femme âgée de 20 ans travaillant comme réceptionniste dans un motel à Deschambault.  

Le sentiment d’amitié que l’on retrouve au quotidien est assez similaire à celui d’une relation développée sur Internet. Généralement, l’amitié se construit entre deux personnes qui partagent des intérêts communs et qui ont beaucoup d’affinités. Sur le web, on retrouve ce même concept. «?Les gens se mettent à échanger, ils créent des liens par rapport à un sujet qui va tous les deux les intéresser. Ils ne sont pas nécessairement amis préalablement, mais pourquoi pas par la suite?», rapporte le professeur du département de communication sociale et publique à l’UQAM, Alexandre Coutant.

Pour plusieurs il est difficile de comprendre la création d’une amitié avec quelqu’un que l’on n’a jamais vu et ces mêmes personnes se questionnent sur l’explication psychologique à cette situation. «Nous sommes des humains et pas uniquement des cerveaux et il est donc difficile de dire qu’il y a un développement du cerveau différent quand il s’agit de relation virtuelle considérant que dans les deux cas,il s’agit plus d’un attachement émotionnel qu’autre chose», rappelle Mr. Coutant.

Des relations bien différentes

Il y a plusieurs facteurs qui rendent ces deux types de relations assez différents. Tout d’abord, sur le web, les liens sont strictement liés à la communication, qu’elle soit écrite ou verbale, ce qui peut facilement créer des malentendus contrairement à dans la vie réelle où il y a un contact humain avec l’autre et où l’on peut communiquer de différentes manières à savoir avec des gestes, une posture ou même une attitude.

Pour Amélie Tremblay, tout a commencé il y a de cela 3 ans via un groupe Facebook du jeu «?Equideow»,  auquel elle jouait et joue encore. Elle s’est vite liée d’amitié avec une jeune Française de 17 ans. «?On est là l’une pour l’autre, elle a connu des périodes noires et se mutilait. J’ai écrit à sa mère pour lui en parler, car je me faisais du souci pour elle et je sais qu’elle est autant là pour moi», raconte Amélie Tremblay.

Les personnes qui pratiquent ces jeux multi-joueurs et virtuels le font normalement pendant très longtemps.« Ils développent une très grande forme de fidélité au jeu en question et aux  personnes qu’elles rencontrent, elles intègrent des guildes (un groupe de joueurs qui jouent régulièrement ensemble) et d’autres choses comme ça », raconte M. Coutant.

Selon  Amélie Tremblay, il n’y a pas vraiment de différence entre l’amitié sur internet et dans la vraie vie, car ses seuls amis se sont éloignés lorsqu’elle a déménagé. «?Je trouve que c’est plus facile entretenir une relation virtuelle que réelle, car même si tu bouges, tu ne perds jamais contact avec eux», note-t-elle.

Pour ce qui est de sa relation avec son amie, elles ne se sont toujours pas rencontrées, mais il ne s’agit que d’une question de temps. «?Quand j’aurai un passeport et les moyens, c’est certain que j’irai la voir?», conclut-elle.  

Leave a reply

required

required

optional