L’art de se gaver les oreilles

mercredi 6 mars 2019 5:15

Nina-Rose Cassivi


Consommer la musique comme si c’était un all you can eat n’est pas chose simple. On ne veut pas payer trop cher et on veut remplir notre assiette à rebord. Puis si on ne peut pas se resservir, on va aller ailleurs. Le client est roi, non? Mais ça serait nécessaire de se questionner sur cette habitude si on veut réellement encourager la réussite de nos artistes et non leur perte.

Ce n’est pas une surprise pour personne quand on parle des impacts qu’à eu l’essor du numérique sur l’industrie de la musique. Certains disent que ce chamboulement est un allié pour l’industrie car oui, la musique n’aura jamais été aussi accessible. Nous avons des océans de chansons sur le bout de nos doigts et des nageurs, ce n’est pas ça qu’il manque. Il est où le manque alors?

Il y a d’abord eu la chute drastique de vente d’albums en format physique. Des disques et des vinyles se sont étiolés à la tonne pour se cacher derrière nos écrans. C’est probablement ce qui a fait en sorte qu’on peut dorénavant écouter un seul morceau parmis l’oeuvre entière d’un musicien. Nous n’avons plus besoin d’écouter un album au complet pour apprécier son créateur. Le manque est peut-être là; essayez d’apprécier un livre en ne lisant que 3 ou 4 chapitres dans un ordre aléatoire. Si un chanteur a composé 12 chansons pour son nouvel album, c’est probablement pas (juste) pour faire plaisir à son gérant.

Cette accessibilité tend à penser qu’il est normal de ne pas ou très peu payer pour ce qu’on écoute. Puis certaines plateformes existent pour libérer notre conscience. Mais, est-ce normal qu’un abonnement mensuel coûte le même prix qu’un seul album de musique? De ces quelques dollars, combien les créateurs ont droit?

Il y a certainement un côté de la balance qui pèse plus lourd et ça ne servirait à rien de se pointer du doigt. Nous aimons nos artistes et il suffirait de se questionner sur notre façon de leur montrer. Car si nous voulons qu’ils restent, ce n’est pas grâce à nos 9,99$ par mois qu’ils y arriveront.

Leave a reply

required

required

optional