Le passage de l’amour

jeudi 7 mars 2019 3:53

Alors que 49.9% des mariages québécois se terminent en divorces, la communauté scientifique tente d’expliquer pourquoi les sentiments amoureux finissent par s’estomper.  Le phénomène de l’amour éphémère passé sous la loupe.

Claudine Giroux


Bien que la passion soit le moteur de bien des relations amoureuses, la communauté scientifique explique que les hormones responsables de celle-ci, la dopamine et la sérotonine, cessent d’être produites par le cerveau après environ un an. Les partenaires doivent alors mettre les efforts nécessaires pour maintenir leur relation.

«La passion, que beaucoup de gens associent à l’amour, et donc à la production d’hormones, dure généralement de 10 à 12 mois, 14 mois tout au plus», explique Yvon Dallaire, psychologue spécialisé dans les relations de couples et auteur de plusieurs livres sur le sujet.

«La période de la lune de miel, naissance de la passion intense en début de relation, peut durer de 2 à 3 ans, mais on n’est pas en amour durant cette période. On est drogué, on est en amour avec nos émotions et nos sensations», poursuit M. Dallaire. Pour qu’un couple dure, il doit prendre la décision de poursuivre la relation et de voir au-delà de la passion, selon ce dernier.

En effet, les hormones responsables de l’attirance, la noradrénaline, et du désir, la dopamine, cessent d’être produites parallèlement à la connection grandissante entre les deux individus. Celles-ci font plutôt place à un attachement et un amour plus amical dans le couple, donc plus durable qu’une attirance physique.

Par contre, même si les hormones peuvent avoir une incidence dans le sentiment amoureux, il ne s’agit pas d’une science exacte. Il n’y a pas de preuve scientifique à l’amour, selon l’Association des médecins endocrinologues du Québec.  L’amour ne serait pas purement biologique, mais serait aussi une affaire de choix. La biologie permettrait de ressentir une attirance ou un attachement envers une personne, mais les décisions prises par rapport à ses sentiments relèvent strictement de l’individu.

La fin de l’amour ?

Le fait que 49,9% des mariages terminent en divorce, selon l’Institut de la statistique du Québec, pourrait s’expliquer par le fait que les sociétés occidentales mettent l’accent sur l’épanouissement individuel. Selon Noé Klein, étudiant à la maîtrise en sociologie à l’UQAM, les attentes des partenaires sur leur couple peuvent différer et engendrer des conflits impossibles à résoudre.

Donc, existe-t-il une fin à l’amour? Tout dépend de sa définition. D’un point du vue hormonal, l’amour s’efface avec le temps, puisque les hormones cessent éventuellement leur production. Cependant, d’un point de vue sentimental, si le couple désire entretenir sa relation malgré les embûches, il n’y a pas de raison pour que l’amour cesse, précise Yvon Dallaire.

Leave a reply

required

required

optional