Un art en plein mouvement

dimanche 13 novembre 2011 6:24

Par Émilie Chevrette

Le Théâtre La Licorne a fermé ses portes pendant un an pour tout démolir, tout redessiner puis tout rebâtir. Le Théâtre aux Écuries, lui, vient d’ouvrir ses portes. Par l’éclosion de nouveaux bâtiments ou le remaniement des anciens, les amoureux du théâtre peuvent se réjouir de l’effervescence culturelle qui submerge le Québec.

Le milieu du théâtre doit répondre à une population qui est intéressée par le pathos et la catharsis contemporains. «Le théâtre va rejoindre le monde», clame Marc-André Thibault. Fondateur du Théâtre Bistouri, un nouvel acteur dans le milieu, la compagnie a su trouver sa place au Québec. «Il y aura toujours un public fidèle et des nouveaux publics. Ces publics sont en constant développement», explique Marthe Adam, professeur d’études supérieures spécialisées en théâtre de marionnettes contemporain à l’UQÀM.

Les créateurs veulent donc montrer un art qui est accessible à tous, tout en brisant cette réputation de théâtre incompris et élitiste. «Le monde a souvent une mauvaise perception du théâtre», précise M. Thibault. La compréhension du public importe, vu que les créateurs veulent que leur message soit bien interprété.

La relève

Selon Mme Adam, Marc-André Thibault représente cette relève qui permet l’effervescence du théâtre Le Théâtre Bistouri est un parfait exemple de l’effervescence qui entoure le théâtre avec son fondateur diplômé depuis seulement un an et demi du Conservatoire d’art dramatique de Québec. «Il y a toutes sortes de formations qui se donnent au Québec. Dans les Cégeps, les conservatoires ou dans les écoles privées de théâtre, il y a de plus en plus de jeunes qui veulent produire, écrire ou jouer», mentionne Mme Adam.

Sept compagnies émergentes ont élu domicile dans l’agrandissement du centre de production du Théâtre Les Deux Mondes et se sont unies dans le but de former un théâtre qui répondrait à leurs besoins. Le Théâtre aux Écuries, de son nom, a donc ouvert ses portes le 14 octobre. Pour cette occasion, un 24 heures d’activités gratuites, un «24 heures d’occupation du théâtre» pour faire allusion à la présente occupation du Square-Victoria par les «indignés».

Il ne faut pas pour le moins oublier les théâtres qui font partie de la vie des Québécois depuis un certain temps. En effet, le Théâtre du Nouveau Monde fête ses soixante ans cette année. Pour son anniversaire, une cure de jeunesse pour se refaire une beauté. Situé en plein cœur du Quartier des spectacles, le théâtre rénové offre des pièces du Québec et d’ailleurs en plus de ses propres créations. À l’instar des talents émergents, il ne reste plus qu’à souhaiter à cette compagnie de continuer à nous épater.

Crédit photo : Maxime Michaud

Leave a reply

required

required

optional